Quand faire un test de grossesse après un avortement ?

Mon avortement a-t-il réussi ? Comment savoir si je suis enceinte après un avortement… ? Avec des questions comme celles-ci à l’esprit, la meilleure façon d’obtenir une réponse certaine est d’effectuer un test de grossesse. Ce choix parait d’autant plus judicieux si l’avortement a été réalisé en dehors d’une clinique, par exemple à l’aide de contraceptifs, potions ou pilules abortives. Mais, quand faire un test de grossesse après une interruption de la gestation ?

Sur quel principe de base des tests de grossesse ?

L’action des tests rapides est basée sur la détermination du niveau d’hCG, hormone sécrétée par les membranes du fœtus dans l’urine ou dans le sang. Au cours de la grossesse, la concentration de hCG est maximale dans les deux liquides. Celle-ci ne revient à la normale qu’après 5 à 7 semaines après la fin de la grossesse. Ainsi, il est possible de dater ou détecter la présence d’une grossesse selon que le taux de hCG est élevé ou assez faible.

A lire aussi : Comment faire pour financer ses études ?

Quelle est le meilleur moment pour effectuer un teste de grossesse après un avortement ?

Pour plus de certitude, il est recommandé d’attendre environ 4 semaines après un avortement volontaire pour effectuer un test de grossesse. Autrement, vous risquez d’obtenir un résultat faux-positif et vous en inquiéter. Seule une échographie peut révéler si le fœtus est toujours présent ou non dans l’utérus avant cette période,

Mon test de grossesse est positif une semaine environ après mon IVG : dois-je m’en inquiéter ?

Il n’est pas possible d’être enceinte une semaine après avoir eu un avortement en clinique. Cependant, il est possible d’avoir un faux positif de test de grossesse. Un test de grossesse est dit faussement positif lorsqu’il indique que vous êtes enceinte alors que vous ne l’êtes pas vraiment. Un faux positif peut se produire jusqu’à 2 semaines après avoir eu une IVG ou utilisé un moyen de contraception. C’est parce que vos niveaux d’hormones reflètent toujours votre grossesse précédente, et il faut un peu de temps pour qu’ils reviennent à la normale.

Lire également : Les bénéfices indéniables d'impliquer les enfants dans les tâches ménagères

Pourquoi l’hCG dure-t-elle après une fausse couche ?

Il peut y avoir plusieurs raisons à ce résultat à cela :

  • L’embryon n’était pas seul, de sorte que le niveau d’hCG dans le sang ou l’urine diminue plusieurs fois plus lentement.
  • Le terme de la grossesse est mal défini.
  • La femme dans la période précédant l’interruption de grossesse ou après une fausse couche a pris des hormones synthétiques, de sorte que l’hCG peut être détruite beaucoup plus lentement que dans d’autres cas.
  • La présence de maladies (diabète sucré, toxicose tardive, etc.).
  • Le fœtus avait quelques malformations dans le développement.  L’hCG est produite en grande quantité et sera excrétée du corps après un avortement sera sensiblement plus lente.
  • L’embryon a survécu à l’avortement ou certaines parties de sa membrane sont restées.

Quels sont les différents types de tests de grossesse disponibles sur le marché ?

Il existe aujourd’hui une grande variété de tests de grossesse disponibles sur le marché. Les plus couramment utilisés sont les tests d’urine et les tests sanguins.

Les tests d’urine peuvent être effectués à la maison ou en laboratoire. Ils fonctionnent en détectant la présence de l’hormone hCG dans l’urine, qui est produite lorsque l’embryon se développe et se fixe dans l’utérus. Les résultats sont généralement fiables dès le premier jour des règles manquées, mais pensez à bien suivre attentivement les instructions du test pour éviter toute erreur.

Les tests sanguins, quant à eux, peuvent être plus précis et sensibles que les tests d’urine car ils mesurent directement la quantité d’hCG présente dans le sang plutôt que dans l’urine. Il existe deux types de tests sanguins : le dosage qualitatif (qui indique simplement si une femme est enceinte ou non) et le dosage quantitatif (qui mesure précisément la quantité d’hCG présente). Ces derniers nécessitent une visite chez un professionnel de santé pour être réalisés.

Il y a aussi de nouveaux types de tests comme ceux qui permettent aux femmes d’analyser leur urine par smartphone grâce à une application mobile dédiée au suivi médical personnalisé.

Quoi qu’il en soit, pensez à bien rappeler que chaque type de test a ses avantages et ses limitations et qu’il est toujours préférable de consulter un professionnel médical si vous avez des questions concernant votre grossesse ou votre cycle menstruel.

Comment interpréter les résultats d’un test de grossesse après un avortement ?

Après un avortement, il faut bien interpréter les résultats d’un test de grossesse. Si vous avez fait un test de grossesse peu de temps après votre avortement et que le résultat est positif, cela peut indiquer que des cellules embryonnaires sont encore présentes dans votre corps. Dans ce cas, consultez immédiatement un professionnel médical pour éviter toute complication.

Si vous avez effectué un test de grossesse plusieurs semaines après l’avortement et qu’il est toujours positif, cela peut indiquer la présence d’une grossesse résiduelle ou une nouvelle conception. Encore une fois, nous vous recommandons vivement de consulter un médecin afin qu’il puisse évaluer votre état et déterminer si une intervention est nécessaire.

Si le résultat du test de grossesse se révèle négatif plusieurs semaines après l’avortement, il y a généralement peu ou pas d’hCG présent dans votre corps. Cela signifie souvent que la procédure d’avortement a été efficace et qu’aucune cellule embryonnaire ne reste dans votre utérus.

Il faut rappeler que certains facteurs peuvent interférer avec les résultats des tests de grossesse tels que :
• L’utilisation incorrecte du test,
• L’expiration du test,
• L’utilisation précoce du test avant l’apparition des symptômes relatifs à la grossesse.

Gardez à l’esprit que même si ces tests peuvent fournir des informations utiles sur votre grossesse, ils ne remplacent jamais une consultation médicale professionnelle. Si vous avez des inquiétudes ou si vous pensez être enceinte, il faut consulter un médecin pour obtenir des conseils et un suivi personnalisé.