Qui peut prescrire la pilule avortement ?

Encore appelée pilule abortive, la pilule d’avortement qui est un médicament pris dans le but d’avorter. Elle sert donc à pratiquer une interruption volontaire de grossesse (IVG) médicamenteuse. Qui peut la prescrire ? Voici dans la suite la réponse à cette interrogation.

La pilule abortive : quelle réglementation ?

La prise de toute pilule d’avortement suscite de nombreuses polémiques. Elle est d’ailleurs, encadrée en France par une loi, suit une procédure et peut être disponible, uniquement sur ordonnance. D’autre part, la pilule abortive est employée dans le but d’une IVG médicamenteuse à l’hôpital. Toutefois, on peut la faire au domicile de la femme selon son emploi et dans le respect du protocole.

A lire aussi : L'incidence des avancées technologiques sur la dynamique familiale

Professionnels de santé habilités à prescrire une pilule abortive

La pilule abortive ne peut être : prescrite que par certains professionnels de santé. Ainsi, seuls les médecins et les sages-femmes peuvent prescrire à une femme qui veut se faire avorter une pilule abortive. Il faut noter que le professionnel doit avoir reçu une formation en ce qui concerne cette pratique médicale.

Tel énoncé, le médicament est, prescrit dans le cadre d’une IVG médicamenteuse. Néanmoins, un pharmacien peut vous vendre une pilule abortive même sans ordonnance. À noter qu’elle est disponible également en officine et sur les plateformes pour pharmacie, sous deux formes : mifépristone et misoprostol.

A lire en complément : Quels choix les mamans ont pour créer un faire-part de naissance ?

Pilule abortive : quelles sont les indications ?

Les pilules d’avortement sont recommandées seulement si vous souhaitez avoir une IVG médicamenteuse. Elles sont prises à 9 semaines d’aménorrhée, c’est-à-dire 9 semaines après vos dernières règles. En outre, il est possible de la prendre à 7 semaines de votre grossesse.

Passé ces deux délais, vous pouvez toujours interrompre cet état 5 semaines après. Autrement dit 14 semaines après les dernières règles à 12 semaines de grossesse. Dans ces cas, il faudra une IVG instrumentale, pratiquée par le médecin. Pour mieux comprendre, il serait souhaitable d’en parler à votre médecin.

Déroulement de l’IVG à l’aide de pilules abortives

L’IVG médicamenteuse se déroule en deux étapes : un rendez-vous médical et la prise proprement dite.

Rendez-vous médical

Avant de procéder à une IVG médicamenteuse, vous devez consulter votre médecin traitant ou tout gynécologue. Cette interruption doit être volontaire et pour cela il vous revient d’exprimer votre demande. Voici là le but du rendez-vous. De plus, le professionnel doit vous examiner et vous remettre un guide détaillant la pratique de l’IVG médicamenteuse.

Il vous renseigne également sur les risques que vous courez ainsi que les effets indésirables de cette intervention. Dans certains cas, les médecins recommandent un entretien avec un psychologue surtout si vous êtes encore mineure. Cet entretien a pour but de vous murir votre décision. Vous avez généralement un délai de 48 heures à cet effet.

La prise proprement dite des pilules

Au cours de cette deuxième étape, le praticien ou la sage-femme vous administre la pilule mifépristone par voie orale. Et cela dans les doses prévues par la réglementation. 48 heures après, il vous sera : administrée par voie orale toujours, le misoprostol (deuxième médicament). Néanmoins, on peut administrer du géméprost par voie vaginale.

Les effets secondaires et précautions à prendre avec la pilule abortive

La prise de la pilule abortive peut occasionner plusieurs effets secondaires. Les plus courants sont les saignements abondants, des crampes, des maux de tête et même dans certains cas une forte fièvre. Toutefois, ces symptômes ne durent pas longtemps. Il est normal que vous ressentiez des douleurs pelviennes lors du processus d’avortement car l’utérus se contracte pour expulser le fœtus.

Il arrive aussi que cette intervention ait échoué chez certaines femmes ; dans ce cas, il faudra envisager un autre traitement comme l’avortement chirurgical. Suite à cet avortement médicamenteux, pensez à bien effectuer un suivi gynécologique.

Les précautions à prendre avec la pilule abortive

Lorsque vous décidez d’utiliser une méthode contraceptive ou encore d’opter pour une interruption volontaire de grossesse (IVG), votre santé prime avant tout. La prise de cette pilule n’est pas sans risques, surtout si elle n’est pas prescrite par un professionnel compétent et autorisé.

La consommation abusive des analgésiques durant le processus pourrait masquer les symptômes alarmants qui signalent un état critique voire nécessitant une attention médicale immédiate. Il est recommandé aux femmes qui prennent cette pilule d’avortement aussi bien qu’à celles qui souffrent particulièrement après la prise du médicament, de rester aux côtés de personnes de confiance pour leur apporter soutien et assistance.

Il est aussi impératif d’aller faire un suivi chez le médecin traitant ou tout gynécologue dans le but d’examiner l’état après l’interruption. Les détails sur les contraceptifs qui seront prescrits plus tard vous seront donnés lors de ce suivi.

La pilule abortive reste une méthode efficace si elle est utilisée à bon escient et sous prescription médicale avisée. Toutefois, pensez à bien prendre en considération toutes les recommandations et précautions avant d’y recourir.

Les alternatives à la pilule abortive pour une IVG médicamenteuse

Les alternatives à la pilule abortive pour une IVG médicamenteuse

Bien que la pilule abortive soit une méthode très efficace, elle ne convient pas à toutes les femmes en raison des risques qu’elle peut comporter. Heureusement, il existe d’autres alternatives qui peuvent être envisagées pour une IVG médicamenteuse.

La première alternative est l’utilisation de Misoprostol seul. Le Misoprostol est un médicament qui permet aussi d’interrompre une grossesse. Bien que moins connue que la pilule abortive, cette option est néanmoins très efficace et donne généralement des résultats satisfaisants.

Le deuxième choix est l’utilisation de mifepristone ou RU-486. C’est un autre produit prescrit par les médecins pour arrêter le développement du fœtus dans l’utérus. La mifepristone doit être utilisée sous surveillance professionnelle car elle a été associée à certains effets secondaires tels que des nausées et des vomissements.

Cela étant dit, comme tout traitement anti-grossesse possède des contre-indications ainsi qu’il y a certains critères à remplir avant toute utilisation de ces produits (par exemple : hypertension artérielle non traitée). Il faudrait donc consulter son médecin avant toute décision sur ces molécules précitées. Effectivement, votre médecin pourrait vous recommander l’un plutôt que l’autre selon vos antécédents médicaux et votre santé.